Err

Blog

Les atouts de nos caméras de vidéo surveillance haute définition IP

Gardez un oeil sur vos biens, vos proches, vos animaux, votre entreprise, où que vous soyez dans le monde. Regardez, zoomez et écoutez en direct, 24h/24, dedans ou dehors, comme si vous y étiez. En cas d'intrusion, vous êtes alerté instantanément par SMS ou par mail, vous voyez l'intrus en direct et vous pouvez lui parler pour le faire fuir. La carte microSD intégrée à la caméra enregistre en continu (30 images/seconde). Nos objectifs 360° couvrent chaque angle d'une pièce, de jour comme de nuit. Nos objectifs thermiques permettent une vision haute définition dans l'obscurité la plus totale ainsi qu'un contrôle aigu des températures. Grâce à nos portiers vidéo, vous pouvez filtrer vos visiteurs, leur laisser un message et leur fixer des horaires d'accès. Aucun abonnement. Logiciel de fonctionnement personnalisable fourni gratuitement. Toutes nos caméras sont reconnues résistantes aux conditions extrêmes, inviolables et agréées par le Ministère de la Défense. Sécuribip, la qualité allemande à portée de clic.


Rédigé le  12 oct. 2015 15:12 dans Articles de présentation  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Plus de 500 000 euros de vol de moteurs de bateau

Quatre hommes moldaves ont été écroués dans le Var pour un trafic de moteurs de bateaux estimé à 500 000 euros.


Le port de Hyères

Le port de Hyères


 


Ils effectuaient des raids dans les départements du Var, des Bouches-du-Rhône ou des Alpes-Maritimes et volaient des moteurs de bateaux dans des marinas. Ils dérobaient même des véhicules utilitaires pour transporter leur butin à destination de l'Italie ou des pays de l'Est. Préjudice estimé, plus de 500 000 euros. 


Une cinquantaine de faits leurs sont reprochés


Les suspects ? Quatre hommes moldaves, interpellés vendredi à Toulon et Hyères, après une enquête menée depuis plus d'un an par la compagnie de gendarmerie de Hyères. Une femme, moldave elle aussi, a quant à elle été placée sous contrôle judiciaire. Tous ont été mis en examen pour vol en bande organisée et association de malfaiteurs, a expliqué le groupement de gendarmerie du Var. 


Au total, au moins une cinquantaine de faits leur sont reprochés depuis avril 2014. L'enquête se poursuit, notamment avec le soutien de l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante.


publié le 22/04/2015 à 11:41


http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/plus-de-500-000-euros-de-vol-de-moteurs-de-bateau-7777437874


 

Rédigé le  12 oct. 2015 15:08 dans Articles actualité  -  Lien permanent
Voir le produit associé
0 Commentaires  

Vol de moteurs de bateaux : la filière moldave condamnée

Vols de moteur de bateau sur l'Atlantique


Un important réseau de voleurs de moteurs de bateaux qui sévissait était jugé mardi par le tribunal correctionnel. Auteur d’une centaine de vols, le réseau, oeuvrait la nuit,  à quai ou directement sur les lieux d’entrepôts des embarcations ou fournisseurs nautiques. Le préjudice total des vols se chiffre à 1 million d’euros.
Le tribunal de Saint-Malo est quadrillé de bleu et noir : bleu gendarme, noir magistrats et avocats.  Les seules couleurs qui rompent avec l’uniforme sont celles des tee-shirts des prévenus qui s’alignent et occupent à eux seuls les deux bancs qui servent habituellement à séparer les mis en examen de parties civiles. Ils sont 10 au total, plus trois absents toujours sous mandat d’arrêt. Tous Moldaves, âgés de 20 à 40 ans, en situation irrégulière, secondés par trois interprètes.
Sur l’ensemble des vols commis, l’enquête aura permis de distinguer 2 équipes de voleurs pour 2 modes opératoires  : à quai ou sur l’eau ; dans les entrepôts et directement chez les gros fournisseurs nautiques. Aucune preuve effective cependant ne permet d’affirmer que les 2 équipes oeuvraient au final pour un commanditaire unique. Pas plus qu’il n’est possible de suivre la trace de la filière et les gains au-delà des frontières du Balkan.
Sur une année, pas moins d’une centaine d’engins auront été volés, avec, en périphérie,  les véhicules, nécessaire au transport du matériel, fourgons et autres remorques, plus l’essence pour les faire rouler, ainsi que le gros et  moins gros outillage utilisé pour sectionner les amarres ou les boulons retenant les moteurs. Les cartes téléphoniques des portables qui permettaient au gang de communiquer étaient achetées avec des cartes bleues, elles aussi volées, et établies sur la base d’identités avec des papiers également faux.
Les pièces ciblées,  prioritairement  des  gros cylindres de 150 chevaux, mais aussi, occasionnellement, des plus petits moteurs, constituaient l’ordinaire de ces pilleurs des mers, pour des gains personnels aux dires des prévenus, allant de 400 à 900 euros.


Un préjudice global de 1 million d’euros


Opérant avec une efficacité redoutable par  sa méthode et son organisation, le réseau rayonnait tout le long de la côte Ouest, de la Normandie au Bordelais,  jusqu’au bassin d’Arcachon, une forte concentration de vols se faisant néanmoins sur la zone de Saint-Malo. A noter, pour l’anecdote : à Saint-Gilles Croix de Vie, les vedettes de la gendarmerie maritime elles-mêmes ne seront pas épargnées par la convoitise des malfrats…
Les prévenus en détention provisoire depuis à peu près un an, pour certains, 18 mois, ont été placés, par précaution aux quatre coins de la région (Brest, Vannes, Rennes… Saint-Malo), empêchant ainsi toute concertation entre eux avant l’audience.
Les éléments à charge ont été constitués grâce aux portables retrouvés sur les lieux des délits, ainsi que par les traces d’ADN relevées, et par la confrontation et les différentes dépositions des prévenus tout au long d’une enquête au long cours minutieuse et circonstanciée.
Le procureur dans sa réquisition met l’accent sur l’ampleur et le montant du préjudice, qu’il chiffre à 1 million d’euros, sans compter les préjudices périphériques : répercutions économiques sur le tourisme et cessation d’activité pour certaines entreprises nautiques. Selon les estimations effectuées, le cheval fiscal d’un moteur -sa puissance- valait sur les marché de la fraude à 20 euros, ce qui, par exemple sur un moteur de 50 chevaux, permettait un gain de 1000 euros. La moyenne des moteurs volés par nuit était de 4 à 8. La force et la technique du gang reposaient sur sa rapidité d’action, menant de véritables « raids », dans un aller-retour express du départ en région parisienne, jusqu’aux repérages sur la côte suivis des vols et de l’écoulement des moteurs sur la mer noire.


Prison ferme


Les peines requises vont de 18 mois de prison à 30 mois pour les trois malfaiteurs en fuite.
Sur les 13 prévenus mis en examen, 2 en particulier, sont considérés comme étant « pivots» du trafic.  L’un en tant que « pilote et cheville ouvrière dans pas moins de 20 faits »  pour lequel le procureur requiert une peine de 4 ans de prison ferme.  L’autre, en tant que « receleur attitré », pour lequel sont requis 30 mois de prison. Pour tous est expressément demandée une interdiction de paraître sur le littoral breton, soit tous les bords de mer des départements 22, 35, 56, 17, 33 et 44.
Les avocats des prévenus axent leur défense en rétablissant la balance de la justice du côté de l’humain et de la misère qui est à l’origine de la dérive délinquante et tentent de réduire la durée des peines requises.
Le tribunal condamne finalement celui qui pilotait le réseau sur le terrain à 4 ans de prison ; le receleur écope de 18 mois ferme ; les peines des autres vont de 10 à 24 mois, à soustraire des périodes déjà effectuées en détention provisoire. Les trois fuyards sont sous mandat d’arrêt.


LE PETIT BLEU


http://www.le-petitbleu.fr/2014/06/11/vol-de-moteurs-de-bateaux-la-filiere-moldave-condamnee/

Rédigé le  10 août 2015 10:54 dans Articles actualité  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Boulogne : portes de bateaux fracturées, vols, le port de plaisance sous tension

Port de bologne sur mer« Ça ressemble à des opérations commando », estime Bernard, un des plaisanciers victimes de vandalisme au bassin Napoléon, à Boulogne. La semaine dernière, plus d’une dizaine de bateaux ont été victimes de dégradations et de vols, ce qui porte à une vingtaine le nombre d’embarcations visitées en moins d’un mois.


Après effraction, les malfaiteurs ont ainsi dérobé des couteaux, des fusées de détresse, des cannes à pêche, des jumelles et même du matériel hi-fi. D’autres agissements tiennent davantage du vandalisme gratuit, avec des extincteurs vidés ou des coussins tailladés. « Les plaisanciers sont exaspérés. Il faut prendre des mesures de sécurité, comme fermer l’accès au bassin Napoléon et développer le système de vidéosurveillance », revendique Christian Ratel, le président du Yacht Club Boulonnais. Cette partie du port de plaisance est uniquement protégée par une barrière. Le sujet est sensible. Hier, la mairie de Boulogne renvoyait vers la Communauté d’agglomération du Boulonnais, qui indiquait que le problème était du ressort de la police nationale.


Le commissariat (où une dizaine de plaintes de plaisanciers ont été enregistrées) assurait hier que des consignes ont été données aux équipages de nuit « au vu de la recrudescence des vols ».


Une enquête a été ouverte à la suite des événements de la semaine dernière. Des empreintes ont été relevées sur les bateaux et le commissariat évoque une « probable exploitation » des caméras du port.


Vers une «milice» privée?


Video surveillance port de bologne« À tour de rôle, certains d’entre nous dorment dans leur bateau pour assurer la sécurité du port », révèle un plaisancier, anonyme par crainte de représailles des auteurs des vols et dégradations. « Si les élus ne font rien, ils vont pousser les gens à organiser une milice. Ce n’est pas forcément une bonne chose, ça pourrait mal finir », poursuit-il. Le système de vidéosurveillance ne semble pas adéquat à la protection du port.


LA VOIE DU NORD


http://www.lavoixdunord.fr/region/boulogne-portes-de-bateaux-fracturees-vols-le-port-de-ia31b49030n2230433

Rédigé le  10 août 2015 10:54 dans Articles actualité  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Recrudescence des vols dans les ports de plaisance

Nouveau problème. Plus ça va, plus les vols se multiplient. Je sais, il y a toujours eu des vols dans les ports, une poulie, un ridoir, une aussière… Mais, depuis une bonne décennie, les choses ont évolué : on pique de plus en plus d’objets de valeur sur les corps-morts et les pontons. On vole les bateaux eux-mêmes (si, si !) (*), l’électronique de bord, VHF, ordinateur portable, nourrices de carburant, groupe électrogène, moteur hors-bord et que sais-je encore. Certains bateaux sont l’objet d’effractions diverses, et parfois squattés par des intrus qui se régalent de la cambuse et de ses spiritueux.
Bref, la sécurité au mouillage de nos chers (très chers) bateaux est menacée, je sais de quoi je parle. D’après Le Point, il y aurait eu au moins 700 vols de hors-bord en 2003 ; les chiffres n’ont sûrement pas baissé. Selon d’autres sources les moteurs hors-bords  représentent 40 % des vols et l’électronique 12 %. Quant aux petits larcins…
• Depuis que la plaisance est devenue un loisir de luxe (**), les malfaiteurs ont vite compris qu’il y avait là un nouvel Eldorado à exploiter, lucratif et sans risque. Rien de plus désert pendant la nuit qu’un port (hors saison et même en saison), rien de plus facile qu’y faire son marché au clair de lune… Quant aux bateaux sur coffre, c’est encore plus facile : un pneumatique discret, une paire d’avirons, quelques outils ; une fois à bord il n’y plus qu’à se servir. Carburant, hors-bord, cirés, voiles, accastillage, alcools de la cambuse, tout peut disparaître. On a même volé le hors-bord de la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer) de Locquirec en février dernier !
• Les cas doivent être assez nombreux car la sécurité au port est devenue un marché commercial : on propose des gravages de moteurs, des systèmes anti-démarreur, d’alerte à distance (mails ou SMS), écrous et accastillage indémontables, coupe-circuits cachés, marquage de voiles, sirènes, détecteurs de mouvements, micros, etc… Il existe aussi des moyens plus rustiques : boissons truquées (c’est pas du pastis, c’est de l’huile !) ; j’en connais même un qui laisse traîner dans son cockpit, un jerrycan rempli d’eau avec un peu d’essence (l’essence pour le parfum, l’eau pour le piège)…
Ne comptez pas trop sur l’exploitant du port qui  exerce pourtant  la totalité des droits de police portuaire, il  n’est pas responsable du bateau, ni des biens qu’il contient ; c’est à vous de vous débrouiller. Ou plutôt de payer l’assurance. Le port, lui, s’en lave les mains. Quant aux assureurs, ils prodiguent plein de bons conseils, du genre ayez un coffre-fort à bord pour les espèces et bijoux (!), ou videz le bateau complètement ! Bon…(***)
• On voit dès lors apparaître des dérives sécuritaires qui rappellent quelque chose. Outre le cadenassage général, on cite des rondes nocturnes de « volontaires » (nullement accrédités) traquant l’intrus réel ou supposé. Sur quel bateau allez-vous ? Là, ça dérape. Ça nous conduit tout droit vers des ports-ghettos, sécurisés un max, ceints de barbelés, avec vigiles de jour et pass électronique, la nuit. Des patrouilles de la  police municipale ou de « milices », webcam, badges, etc. Toute choses qui génèrent suspicion, doute, et climat d’inquiétude. Ambiance, ambiance…
On disait naguère que dans « plaisance » il y avait « plaisir ». Ouais, mais il y a longtemps.
Porthos
(*) En 2005, il y aurait eu 38 cas de vols de bateaux ; trois par mois !
(**) Il y a 10 ou 12 ans.
(***) Attention, les compagnies considèrent que le hors-bord étant par définition « hors du bord » ne fait pas partie du bateau ; il faut une clause spéciale pour l’assurer.


Article d'Escales Maritimes, la mer dans tous ses états


http://escales.wordpress.com/2011/10/27/recrudescence-des-vols-dans-les-ports-de-plaisance/

Rédigé le  10 août 2015 10:53 dans Articles actualité  -  Lien permanent
0 Commentaires  

Vol de moteurs de bateaux sur le lac de Paladru

ISÈRE


Dix moteurs de bateaux volés sur le lac de Paladru


Vol de moteur de bateau au lac de Paladru


Calme plat hier sur le lac de Paladru. Sous un ciel lourd, seuls quelques pêcheurs se sont aventurés avec leur barque. Du côté de la plage de la Pin de nombreuses embarcations sont restées à quai. Et pour cause, elles n’ont plus de moteurs. Entre le 1er mai et hier, dix moteurs de bateaux ont été volés. Les malfrats ont forcé le portail d’accès puis ont vraisemblablement utilisé une pince-monseigneur pour couper tous les cadenas et emporter le matériel.


Un phénomène cyclique qui touche toute la région


« Ça y est ça recommence, comme l’année dernière ! » lance cette Charavinoise, en sortant de la boucherie. Les gendarmes confirment : en 2013, dans le secteur, au total, 40 moteurs de bateaux avaient été volés.


« Mon fils a passé son samedi à enlever les moteurs de ses bateaux… C’est incroyable, on ne peut plus compter sur rien ! » regrette cette propriétaire d’un hôtel sur les bords du lac.


Les gendarmes ont ouvert une enquête, avec le Gelac (groupe d’enquête de lutte anticambriolage) ils comptent sur les images de la caméra de vidéosurveillance installée devant les pontons. Les enquêteurs évoquent un phénomène cyclique qui revient avec les beaux jours.


Il existerait une filière très organisée de revente des moteurs dans les pays de l’Est. Pour l’heure, aucun élément ne permet aux gendarmes de relier les vols de Le Pin à cette filière mais des expertises sont en cours. En effet, il peut y avoir des rapprochements à faire et la brigade nautique du lac du Bourget, en Savoie, en sait quelque chose : chaque année, des dizaines de moteurs sont volés, là-bas. D’ailleurs, ils viennent de relancer leurs patrouilles nocturnes : aidés de lunettes de vision nocturne, depuis la mi-avril, ils surveillent les ports, de 21 heures à 1 heure du matin.


À le Pin, les gendarmes ont également décidé d’intensifier la surveillance pour endiguer cette série de vols.


Article du Dauphiné libéré.


http://www.ledauphine.com/faits-divers/2014/05/04/dix-moteurs-de-bateaux-voles-sur-le-lac-de-paladru

Rédigé le  10 août 2015 10:53 dans Articles actualité  -  Lien permanent
0 Commentaires  
Nos caméras dans le monde